Depuis que je couds, j’ai fait en majorité des vêtements pour moi, maman égoïste que je suis (je me cache ou pas ?)…

… Nan, bon je ne peux pas dire ça car vraiment quand je suis devenue maman, j’ai pris ce rôle à 100% au point de mettre de côté ma carrière trop prenante pour avoir une vie de famille équilibrée. Et bon nombre d’entre nous se sacrifient ou du moins mettent certaines choses de leur vie entre parenthèses pour s’occuper de leur merveilleuse marmaille. Alors finalement, non la maman qui ne pense qu’à elle n’existe pas et si, donc, je couds principalement pour moi, c’est juste par délectation de confectionner des vêtements que j’aurai le plaisir d’enfiler, qui m’iront au millimètre près et qui pourront faire de moi la femme qui ne subit pas que les dictats de la mode et qui s’assume dans des matières, des coloris ou des motifs qui ne se voient pas partout dans le commerce.

Et puis, il faut dire que coudre pour les enfants n’est pas aussi gratifiant que coudre pour les adultes. Car quand on peut se pavaner dans des vêtements faits maison pendant des années (à condition d’avoir donné au vêtement toutes les possibilités de voir ces années défiler), les enfants, quant à eux, avec leur vitesse de croisière ne leur rendent pas la pareille et négligent de par leur croissance les vêtements qui se succèdent encore et encore.

Mais, (et heureusement qu’il y a un mais  !) je ne me suis pas arrêtée à cette constatation et j’ai, malgré tout, souvent craqué sur des patrons jolis jolis pour les minis. Rappelez-vous la combinaison d’Elephant & Elegant, la robe Atlanta de Nun Studio, le tee-shirt Today de Vanessa Pouzet ou encore le sweat Lewis Hoodie de La Maison Victor.

Pourtant, aujourd’hui, ce n’est pas un patron du commerce dont je vais vous parler.

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de confectionner une robe pour petite fille de a à z, avec croquis initial, choix de la taille, dessin du patronage de base, modifications en fonction de ce que je voulais, réalisation de la toile, réajustements si besoin et confection du vêtement final.

J’ai vraiment A-DO-RE toutes les étapes de cette fabrication. Ca m’a bien confirmé que j’aimais vraiment créer des vêtements et que je me sentais comme un poisson dans l’eau dans cet univers. Heureusement que j’avais ma fille sous la main pour me rendre compte des proportions et merci à elle d’avoir été si docile pour les essayages ; elle, petite enfant sauvage qui s’affirme de jours en jours et qui ne nous mène pas tout le temps la vie facile.

J’avais dessiné une robe façon Marthe avec taille basse et volant asymétrique entre le devant et le dos. Je voulais du denim. Ma fille étant très pépette et ayant du mal à porter des jeans, je me disais qu’utiliser cette matière pour une robe pouvait être le bon compromis. Celui-ci vient de Bennytex. Malheureusement j’aurais aimé vous trouver le lien sur leur site mais je crois qu’il faudra se rendre directement dans leur entrepôt, si vous aimez sa couleur et son aspect. J’avais vu pas mal de denim par-ci, par-là, mais souvent trop clairs ou trop bruts à mon goût. Celui-là était bel et bien le bon car je le voulais épais… mais était-ce une bonne idée… ? pas sûr… En même temps, cette robe était pensée pour un usage hivernal. J’en ai assez de jongler avec des robes manches courtes ou manches 3/4 mixées avec un tee-shirt pour réchauffer les petits bras qui peuvent frissonner toute la journée.

J’avais, également, une petite chute de popeline venant de Bö Graphik qui m’a permis de faire les poches, les fentes indéchirables sur les manches et le biais intérieur à l’encolure. Hélas, je l’ai acheté il y a bien 3 ans et il n’est malheureusement plus en vente. Ce tissu allait sans doute être un détail qui viendrait peut-être mettre cette robe dans les exclusivités de ma fille…

Durant la réalisation de la toile, j’ai du faire quelques réajustements, volant trop long, poignets trop larges. Pas facile de faire du sur-mesure. Ca veut dire repartir sur le dessin, recalculer, couper à nouveau la toile, découdre pour recoudre… ce projet commençait à me fatiguer et à me freiner côté motivation couturesque. Mais la semaine dernière, j’ai pris mon courage à deux mains et m’y suis remise d’arrache pied. Je suis bien contente de l’avoir fini, ma fille aussi d’ailleurs ; elle qui commençait à croire que les fabuleux tours de magie de maman en matière de confection d’habits (à ses yeux j’entends, hein ! n’allez pas croire que je me sens la déesse de la couture) n’allaient pas voir le jour cette fois-ci.

Cette robe, je l’ai appelé Malou en réference au surnom de ma poupette. C’est donc une robe à manches longues, taille basse à volant asymétrique entre le devant et le dos. Encolure ronde dégagée et fermeture par zip dans le dos. Têtes de manches froncées et 3 plis en bas de manches avec fente indéchirable fermée par un bouton (mais qu’est-ce qu’il m’était passé par la tête en dessinant cette robe !?!). Des poches sont prises dans la couture et un petit noeud  vient souligner la taille basse. J’ai fait des surpiqûres oranges dignes d’un vrai jean  – moi quand j’ai une idée dans la tête, on ne me fera pas changer d’avis !!

Je l’ai conçu avec des mensurations d’une taille 4 ans que j’ai réajusté, mais je crois que ma puce aura encore la possibilité de la mettre l’année prochaine car les manches sont encore un peu longues. Enfin quoi qu’il en soit, elle porte du jean avec bonheur donc je crois que j’ai gagné mon pari 🎉 !!

Et puis pour fêter sa joie d’avoir une nouvelle robe, la séance photo a fini sur le lit de papa et maman suivie d’une petite relaxation bien méritée.

Patron

Patron maison

Tissu

Denim de Bennytex

Taille

T. 4 ans

This error message is only visible to WordPress admins

Error: No connected account.

Please go to the Instagram Feed settings page to connect an account.

© 2017 Plumti.lab