La 1ère fois que j’en ai entendu parlé, c’était l’année dernière quand Camille du blog L’échapée belle alias @milou_sew sur IG m’a dit qu’elle venait de la finir. J’avais bien la dernière édition du magazine sous le bras mais ce patron ne m’avait pas frappé, sans doute trop féminin pour moi. Camille et moi, on venait de se rencontrer depuis 1 ou 2 semaines à notre cours de patronage donné par la mairie de Paris et on parlait déjà chiffon en évoquant La Maison Victor et en l’occurrence de Lora. Cette robe aura, sans doute, été l’élément phare de cette édition sept-oct 2015 et une fois qu’on a réalisé et porté la robe, je le comprends mieux !

J’ai tenté, bien des fois, de tenir une to-do-list des projets à coudre et n’ai dû la respecter qu’approximativement. Je suis de celles qui sont emportées par les envies subites et tout patron concurrent peut, alors, venir s’interposer dans mes projets sous prétexte d’avoir le détail qui me fait bondir.

Je trouvais Lora de plus en plus jolie mais dans ma vie de tous les jours, je ne la voyais pas occuper une place assez importante pour qu’elle vienne détrôner mes autres coups de coeur. Au fur et à mesure de la voir sur les réseaux, elle commençait, finalement, à me trotter dans la tête et je me disais bien qu’un jour, elle et moi, on finirait par se rencontrer.

Il y a quelques semaines, au détour d’une petite balade sur un marché de province, comme il nous arrive trop peu de le faire, ma petite famille et moi, je suis tombée sur un monsieur qui a vu en moi l’opportunité de faire son affaire du jour. A coups de blablas, d’anecdotes et de phrases accrocheuses telles que : “certains de mes tissus sont des fins de série de grandes collections d’untel ou d’untel”, ou encore “c’est la grande tendance ce motif”, j’ai entre-aperçu ce coupon matelassé bleu pied de poule, si souvent zieuté chez Little Fabrics et qui avait l’air d’avoir peu de valeur aux yeux du vendeur.

(Oh bah mince alors, tu es sûr de savoir ce qui est tendance mon p’tit monsieur ??)

Du coup, me vantant tout autre chose, j’ai laissé parler cet homme et me suis focalisée sur l’ignoré. J’ai fini par craquer sous les encouragements de mon petit mari. En parallèle de ses idées (oui oui vous avez bien entendu !!) [mon mec s’imaginait que je pouvais faire un teddy à ma puce], je ne sais pas pourquoi, j’avais Lora en tête ! Avec un coupon de 3 mètres, je pouvais très bien me permettre d’utiliser 2 patrons dont un pour enfant !

Je n’ai relevé aucune difficulté à réaliser cette robe, si ce n’est travailler avec cette épaisseur de tissu.

J’avais auparavant retravaillé le patron en ajustant la carrure. Je savais que La Maison Victor taille un peu grand mais avec mon poids de crevette ces derniers temps, moi qui fait un 36 en temps normal, je n’ai pas hésité à faire du 34 pour le bas. Mes os, quant à eux toujours en place, j’ai ajusté la carrure des épaules sur ma taille habituelle.

Il était très difficile de marquer mes coutures avec un molleton comme celui-ci, du coup j’ai abandonné l’idée de prendre mon fer et continué sur ma surjeteuse en m’assurant que je plaçais mes marges de couture dans le bon sens lors de l’assemblage.

J’adore faire tout ce qui est surpiqûres ou sous-piqûres et ça, au millimètre près. Et je suis ravie à chaque fois que j’en rencontre dans des patrons. Ici, ce sont mes poches qui ont été choyées de ce doux apparat pour restées bien en place à l’intérieur. Si j’avais pu en mettre ailleurs, je l’aurai fait mais le matelassage pied de poule donnait déjà trop de relief à la robe.

J’avais fait un ourlet en bas de robe au point zig-zag mais j’étais un peu déçue du rendu trop sportwear que donne cet effet. Mes finitions ont, donc, pris un peu plus de temps pour clore cette création et j’ai fait mes ourlets de manches et fait tenir mon enforme de col par des points invisibles.

J’aime son côté féminin avec sa coupe et sa longueur, ses plis et son encolure étirée qui se rapproche du col bateau. Mais avec ce molleton et ces poches, je peux très facilement l’inclure dans mon dressing quotidien. Des petites baskets blanches aux pieds et je n’ai aucun scrupule pour choisir cette tenue un samedi matin quand je dois accompagner mon fils au tennis !
Décidément, les personnes autour de moi vont finir par s’attendre à me croiser ultra féminine (-> petit clin d’oeil à ma jupe Barcelona) alors qu’en vrai, l’hiver, je ressemble à un vrai yéti, emmitouflée dans mon blouson et cachée sous mon bonnet !!

Patron

Robe Lora
de 
La Maison Victor

Tissu

Jersey matelassé
de Little Fabrics

Tailles

T. 34 et 36

Modifications

J’ai réajusté le patron pour la partie jupe décalquée en taille 34 et pour la partie haute décalquée en taille 36.

This error message is only visible to WordPress admins

Error: No connected account.

Please go to the Instagram Feed settings page to connect an account.

© 2017 Plumti.lab