Ne me demandez pas pourquoi je me suis lancée dans une robe de soirée ! Je ne suis ni adepte des soirées mondaines, ni future demoiselle d’honneur tout excitée à l’idée de mettre une jolie robe pour une belle occasion.

A vrai dire, quand j’ai vu le patron de ce #hacklamode saison 2, seul l’élément du dos m’a interpellé. En voyant la version tulle à pois que Floriane et Julien de Louis Antoinette présentaient sur leur site, je me suis dit d’une, qu’un dos totalement dépourvu d’astuce pour recouvrir la lingerie ne devait pas être facile à porter et de deux que j’aurais du mal à m’imaginer avec ce style de robe.

Mais bon quand vous allez voir ce que j’en ai fait, vous allez me rire au nez. Car je me suis bien compliquée la tâche et, en plus, on ne peut pas dire que je la mettrai facilement !!

Pourquoi ? vous allez voir… Mais je voudrais reprendre du début.

(En tout cas, sachez que j’aime les exercices, les défis. Mais les défis contre moi-même ; savoir, juste, jusqu’où je peux aller, c’est excitant.)

Donc, pour moi la pièce maîtresse était ce dos en triangle. Je suis une grande fan de plis. Souvenez-vous, j’en avais, d’ailleurs, mis sur ma 1ère robe La Parisienne pour le #hacklamode saison 1. Allez savoir pourquoi cette marque de patron m’inspire des plis… ?! J’étais donc motivée pour continuer sur ma lancée. A force de voir la mode sculpturale ou des drapés sur Pinterest, je suis sous le charme. Donc je me suis dit que c’était à mon tour de m’y mettre.

Initialement, cette robe je la voyais un peu style Carrie Bradshaw. La jupe aurait été conçue beaucoup plus évasée avec deux plis creux sur le devant et deux autres dans le dos dans un jacquard bien épais. Mais il n’en a, finalement, rien été. Bizarrement, le dos que je comptais lui faire allait mieux sur une robe longue. Ce patron commençait à prendre la tournure d’un challenge car je savais que je me lançais dans une pièce qui ne serait pas portée très souvent.

J’ai fait plusieurs dessins du rendu que je voulais. J’ai utilisé la pièce du dos et m’en suis servie de base pour transformer sur papier la forme que j’imaginais. J’ai dû bien entendu redessinner cette pièce pour y inclure tout l’espace qu’occupaient les fameux plis mis à plat. Car oui vous l’aurez compris, ce dos allait être plissé. J’ai construit ma toile qui, grâce à sa tenue, m’a conforté dans mon idée. Et oui travailler sur une toile moyenne, c’est quand même assez facile pour marquer au fer tout ce que l’on veut. Mais malheureusement je savais que j’allai rencontrer des difficultés pour la version finale car je ne voulais pas d’un simple coton facile à travailler. Non ! je voulais un crêpe. (Purée, quelles idées j’ai parfois !!).

Bref, j’ai continué mon idée. Grâce à ma toile je me suis rendue compte que m’en tenir aux mesures du patron initial ne m’allait pas. J’ai, donc, agrandi mes pinces sur le haut devant et creusé presque 2 cm à la taille. J’ai ensuite dessiné le bas de la robe. Pour moi, une robe habillée (du moins, à mes yeux) n’a pas de poches. Alors zoup, je les ai squizzé et j’ai redessiné le bas de la jupe sans les poches en tenant compte des modifications que j’avais fait sur le haut. Je l’ai allongé à la hauteur voulue et élargi selon l’ampleur désirée. Mais sur ces 2 points, j’aurai dû y aller un peu plus franchement. La hauteur manque de quelques centimètres, ça, c’est pas bien grave mais l’évasement aurait pu être encore plus accentué. Le crêpe lui aurait rendu toute la volupté que m’inspirait la robe.

En essayant ma toile, j’ai vu en moi, une jeune fille de bonne famille trop sage à mes yeux. Je ne pouvais pas la laisser comme ça et j’ai décidé de lui inclure une fente.

Une fois toutes ces idées un peu mieux cernées, je me suis attaquée au tissu final. J’ai mis, énormément de temps à trouver LA couleur (pas de motifs, ça aurait gâché tout mon dos) et LA matière. En sachant la difficulté que je m’imposais, j’ai longtemps hésité. Il était sûr que j’allai en baver avec un tissu soyeux, mais encore une fois, si je me rabaissais à un tissu “basique”, le projet aurait été bâclé. Je n’arrivais pas à m’avouer que le magnifique crêpe que proposait Mondial tissus était parfait pour ma robe. Non pas que je ne le trouvais pas joli, au contraire, mais je savais quelle peine j’allai subir en le travaillant (vous le voyez le petit émoticône singe qui se ferme les yeux ? bah c’était moi). Mais j’ai du m’y résoudre et je l’ai acheté en restant persévérante.

J’ai mis un temps fou à faire toutes les étapes, comme pour retarder le plus possible ce qui m’attendait. Malgré tout, j’étais excitée d’attaquer le dos. J’ai pris beaucoup de précautions à assembler pièces par pièces, à sûrpiquer le plus proprement du monde. J’ai eu beaucoup de doutes car pendant cette confection, je n’ai pas ressenti de fierté en la regardant se construire petit à petit, j’étais comme un peu déçue du rendu.

Il faut dire que le crêpe marque très peu le fer. La matière est très sensible à la tension du fil donc ça peut gondoler très rapidement. Et puis mes plis, oui parlons-en de mes plis, eux qui sont le sujet principal ! Certains, avec la forme de la pièce du dos, se retrouvent dans le biais du tissu et ils sont d’autant plus dur à travailler. Je n’ai pas réussi à leur donner l’aspect exact de ce que je voulais qu’ils rendent. Ils vrillent pour la plupart donc ça casse un peu le côté graphique et linéaire. J’en ai défait certains pour les recoudre ensuite mais non, quand ça veut pas, ça veut pas ! Restons positif tout de même, j’avais quand même réussi à créer du volume et à faire un dos sur lequel les yeux peuvent s’attarder. Et pour atténuer ces vilaines vrilles, j’y ai glissé quelques rubans de dentelle et fini la pointe par un petit noeud-noeud.

Voilà, vous l’aurez compris, cette robe fut pour moi un exercice particulier. Je suis heureuse de l’avoir faite. Le plus gratifiant pour moi aura été de modifier le patron par le dessin et de savoir dessiner la pièce du dos pour y inclure les plis.

Maintenant, mesdames, si l’une de vous a un mariage d’ici peu, je suis toute prête pour y participer ! Va bien falloir que je la sorte ma robe Imagine ! Pour le coup, elle aura bien porté son nom !! En attendant, moi elle me fait penser aux costumes de scènes des ballets contemporains…

Je vous laisse avec les photos des coulisses. Vous verrez mieux le travail que j'ai fourni sur ce dos. Sur la 1ère photo, il s'agit de ma toile, les plis étaient beaucoup plus faciles à travailler !
On attaque le crêpe !
J'ai eu plusieurs interrogations sur ce dos, en voici un exemple. Mais j'ai préféré la linéarité des plis droits qui étaient au final plus modernes et plus graphiques que ce jeu de volume ci-dessous.

Tissu

Crêpe de Mondial Tissu

Taille

T. 34

Modifications

J’ai créé un dos plissé, enlevé les poches, réajuster la taille, rallongé la longueur de la jupe et fait une fente sur le devant.

© 2017 Plumti.lab