Je vous avais dit, il n’y a pas si longtemps, que je ne m’attardais pas trop sur les cousettes enfants suite au fait qu’ils grandissaient trop vite et que je n’avais pas le temps de les voir porter les vêtements que je pouvais leur coudre. Mais ça ne voulait pas dire que je m’en empêchais !

Durant mon petit tour au salon CSF, je suis allée voir Ikatee. Je les suivais déjà sur Instagram et j’étais curieuse de voir en vrai tout leur travail. Sur leur petit portant de vêtements exposés, j’ai tout de suite craqué sur leur sweat/bomber Jules. Moi qui m’étais mis sur ma to-do-list depuis des lustres un teddy pour moi-même, je ne pouvais pas passer à côté d’une version mini pour mes loupiots. Comme à mon habitude, je déteste en mettre un de côté du coup je me suis mis en tête de leur en faire un chacun… en même temps !! Heureusement que je n’ai que deux enfants, sinon j’abandonnerai assez rapidement.

En regardant de plus près le patron, je me suis aperçue qu’il était conçu pour les 3-8 ans. J’ai un grand de 9 ans qui va, d’ici peu, passer à la dizaine, alors ça tombait mal. Avec mes connaissances en patronage et en discutant avec Stéphanie, la créatrice de la marque, j’ai su rester positive en me disant que je l’adapterai à une taille 10 ans assez facilement. Et puis quel ne fut pas mon bonheur quand j’ai vu leur velours côtelé vendu en coupon de 1m sur leur stand pour lequel j’ai aussitôt fait l’association !

Une fois le patron étalé devant moi, je me suis, donc, attaquée à la gradation, pistolet et règle japonaise en main. Pour ne rater aucune mesure, j’ai procédé par étape en incluant la taille 9 ans d’abord et le 10 ans ensuite. J’ai eu une petite frayeur en me demandant si j’allai avoir assez de tissu dans mon superbe velours. Mais en voyant le métrage de 80 cm pour une taille 8 ans qui grandissait de 10 cm en 10 cm depuis la taille 6 ans, je me suis dit que mon 1 mètre tomberaient nickel. Et ce fut le cas ! Ouf !

J’ai tout fait en doublon : quand je décalquai ma nouvelle taille 10 ans, j’enchaînais sur ma taille 4 ans. Et tout a été fait de cette façon du début à la fin, pour la découpe du tissu, pour le surjet, pour le montage. De cette façon, je savais que je n’allai pas me décourager en voyant le 2ème teddy à faire une fois le premier terminé.

Pour la version 4 ans, et en voyant les fêtes approcher, j’ai proposé à ma fille d’utiliser un tissu que l’on m’avait offert suite à un voyage en Thailande. Doré à point et convenant pour les festivités, ma fille a aussitôt accepté. Le tissu, impressionnant tant par ses reflets que par son tissage fut très difficile à maîtriser, non pas d’un point de vue couture et assemblage mais plutôt par sa matière qui s’effilochait très trèèèèès facilement. Le surjetage était incontournable sur chaque côté des pièces, même celles n’en ayant pas besoin, si je ne voulais pas les voir devenir un tas de fils inutilisables. Pour éviter de transformer ma louloute en pépite dorée (quoiqu’elle l’est déjà à mes yeux… aaaaahhhh la phrase de la mort qui tue je sais 😬) et surtout pour lui permettre de porter le vêtement à une autre période que celle des fêtes de fin d’années, j’ai contrasté les manches avec un jersey noir recyclé d’une jupe cousue il y a 2 ans pour Halloween et qui, petite anecdote au passage, m’avait métamorphosé en Morticia Addams.

Ces cousettes ont été freinées un temps car je n’avais pas de bord-côte noir sous la main ni de fermeture éclair séparable. Encore une fois, tout s’est fait en parallèle car j’avais décidé de mettre le même bord-côté pour le 4 et le 10 ans. Une fois livrée, j’ai pu terminer les 2 blousons en même temps. J’avais pris le temps, un peu avant, d’aller chercher des écussons pour les personnaliser au maximum.

L’assemblage s’est fait à merveille. Je n’ai rien noté de compliqué, mise à part le fait d’être précis quant à la symétrie que l’on veut avoir sur l’encolure lorsqu’il s’agit de coudre le zip. En effet, une fois mise sur l’endroit, après avoir été cousue, la fermeture éclair peut avoir mangé un peu la pointe du bord-côte et il faudra s’assurer que l’angle en face est plus ou moins similaire. Le zip que j’ai utilisé est en plastique. Comme dans le commerce, il est impossible de trouver des longueurs particulières au patron telles que 31,5 ou 39,5 cm, j’ai, tout simplement, coupé les miens et terminé par un point zig-zag en haut afin que la glissière soit bloquée une fois montée jusqu’en haut. Si vous choisissez d’utiliser un zip en métal, aucun soucis à se faire car un paragraphe est entièrement prévu dans le livret pour vous expliquer comment les raccourcir.

Je vous avoue que j’étais super contente de pouvoir faire ces 2 cadeaux en même temps à mes enfants. Par contre, je n’ai pas reçu le même accueil quand je leur ai demandé de les enfiler… Et depuis les blousons restent dans les placards, à ma plus grande tristesse. Je ne sais vraiment pas pourquoi ils ont réagit comme ça. Mon aîné joue le difficile et ma fille, elle qui le portait spontanément alors qu’il n’était même terminé, a changé complètement d’avis. Et ce n’est pas les bords-côte ni la fermeture éclair qui ont pu provoquer ça… Je reste perplexe… Je crois que je commence à m’habituer aux frustrations et vous comprendrez pourquoi je préfère coudre pour moi.

Maintenant, et en oubliant mon échec, il va bien falloir que j’attaque un teddy pour moi. Et si je m’applique bien, celui-là ne sera certainement pas mis de côté car le patron vient aussi d’une autre découverte CSF, un autre énorme coup de coeur. Mais je vous en parlerai une prochaine fois 😉.

Tissus et fournitures

Velours côtelé gris (Ikatee)

Jersey noir (Dreyfus)

Bord-côte (Buttinette)

Tissu doré (Origine Thailande)

Ecussons (Mercerie Saint-Pierre)

Taille

T. 4 ans

T. 10 ans

Modifications

Aucune

This error message is only visible to WordPress admins

Error: No connected account.

Please go to the Instagram Feed settings page to connect an account.

© 2017 Plumti.lab