J’ai toujours eu du mal à me trouver LE bon pull, LE bon sweat…

Depuis que je couds, je ne me suis pas penchée sérieusement sur cette pièce. Il y a bien eu mon monceau de Cosy Little World mais il ne fait pas tout et je risque d’être à court cet hiver quand il devra se faire laver. Et me rabattre sur mes ancien pulls, c’est un peu tristounet.

Alors maintenant, dès que je vois un patron qui peut être utilisé comme tel, ça m’intéresse !

Chez Ready-To-Sew, (oui je sais, je suis dans ma période R-T-S), les hauts que propose Raphaëlle sont adaptables facilement en pièces plus hivernales.

Et le Jimmy s’est avéré être une bonne pioche.

Ses plis sur les épaules l’agrémentent d’une jolie touche d’originalité et il suffit d’un joli molleton et le tour est joué.

Cela faisait des mois et des mois que j’avais acheté ce tissu chez The Sweet Mercerie. Ce fut un gros coup de coeur mais j’ai mis pas mal de temps avant de trouver comment je pouvais l’utiliser.

J’ai, finalement, décidé de l’allier à Jimmy.

Les motifs du tissu me demandaient d’être précise quant à son utilisation. Et il a fallu que je me décarcasse pour que les plis ne tombent pas au milieu des grosses fleurs (on ne les aurait pas vu sinon) et que celles-ci ne soient pas coupées entre les différentes pièces.

Je vais devenir une pro des raccords !!!

Une fois cette étape passée, j’avais envie d’un petit quelque chose… histoire de le féminiser un peu plus. Les sweats c’est joli, c’est confortable mais parfois ça manque un peu de finesse.

Une dentelle qui passait par là et j’avais conclu l’affaire. Moi, fan des passepoils et autre petits détails chouchoux, je ne manquai pas de retomber dans mon addiction. Je l’ai inséré au niveau des manches raglans. Mais le contraste de “légèreté” entre le molleton et la dentelle m’a posé quelques soucis.  En effet, le fait de souligner cette ligne de plis était une bonne idée mais je devais faire attention à ce que le ruban de dentelle ne se fasse pas noyer sous l’épaisseur du tissu.

Pour les ourlets, je ne sais pas si c’est par flemmardise ou juste pour renvoyer au côté sport du vêtement, mais j’ai laissé les bords bruts (bas de manches, du devant et du dos). Un double rabat au niveau des poignets et hop me voilà partie avec mon sweat sur le dos.

Seul petit bémol dans ce patron : la parementure trop fine. Malgré ses points d’attache invisible sur mes coutures intérieures, elle rebique un chouïa au milieu du col dans le dos. Je pense qu’en étant plus longue (ou plus large, [ça ne semble pas très clair mon histoire :-s]), elle serait restée dans ma nuque plus facilement. Je suis assez tatillon sur les bords en ce qui concerne les finitions et ce point me chiffonne un peu. Mais ça peut quand-même passer easy et je le porte assez largement et me sens tellement bien dedans que j’en oublierai presque ce détail. 

Allez maintenant, trêve de bavardages, je vous laisse avec les photos. Moi, de mon côté, je m’en vais réfléchir aux solutions pour inclure l’apprentissage des aiguilles à tricoter dans mon emploi du temps. Je rêve de me confectionner de bons gros pulls bien chauds, je ne sais faire qu’un seul rang de maille, la honte !

© 2017 Plumti.lab